Chirurgie

Chirurgie

0 10171
Implant cochléaire

Dans le cas d’une surdité totale (la cophose), l’appareillage conventionnel atteint ses limites. Il faut alors cherche à stimuler la cochlée par le biais d’impulsions électriques donnant, au niveau du nerf auditif, une représentation codée du son. Pour cela, on introduit un porte-électrode au contact des fibres nerveuses de l’oreille interne (à condition qu’un certain nombre d’entre elles soient encore fonctionnelles).

Ce porte-électrode aboutit à un récepteur placé derrière l’oreille, sous la peau. Il assure le codage et la distribution des impulsions sur les différentes électrodes.

Toutefois, les résultats de l’implant cochléaire ne sont pas toujours positifs. Implanter veut aussi dire accepter la perte complète de l’audition naturelle à cause du porte-électrodes installé dans la cochlée. L’ouïe sera alors complètement artificielle. Ainsi, selon le Dr Lucien Moatti, « un enfant implanté restera quand même un enfant sourd avec toutes les contraintes éducatives indispensables ».

De plus, la rééducation avec l’orthophoniste est longue et très contraignante car le message sonore perçu par les personnes implantées reste très particulier.

Selon le rapport Gillot, on compte environ 500 sourds implantés en France.

* La paracentèse permanente consiste à créer une aération dans l’oreille moyenne. Pour cela, on mettra en place, sous une courte anesthésie générale, un drain trans-tympanique.

ARTICLES SIMILAIRES

LSF

0 10698
Appareillage de l'enfant

0 9972