Traduire la musique en lumières et en couleurs, voici le défi que s’est lancé ce musicien sourd de naissance.

La musique est un langage universel. Elle commence par s’entendre, elle se vit, elle se ressent et elle se regarde. Myles de Bastion, un trentenaire à la double nationalité britanico-américaine, est né sourd. Longtemps, il raconte avoir ressenti une forte frustration liée à la musique, de ne pas pouvoir partager cette expérience et ses émotions avec ses pairs.

Pourtant, Myles est audiophile, comme le raconte cette vidéo relayée par le site Narratively. La musique fait partie intégrante de sa vie. Mieux, il en a fait son travail en se lançant un défi: transcrire la musique en lumières et en couleurs, afin de la rendre accessible aux personnes sourdes et mal entendantes.

À la fois musicien et concepteur de logiciel, Myles a mis au point un système d’éclairage LED capable de traduire les sons en lumières animées et colorées. En fonction du son, des voix, de la fréquence, du volume, les lumières réagissent, clignotent et changent de couleur.

Grâce à cette technologie développée par la start-up CymaSpace dont il est fondateur, il espère faire vivre la musique aux personnes sourdes et malentendantes. Les faire pleinement entrer dans la vie musicale et mettre à leur disposition un outil pour apprécier ces sensations. Le jeu de lumières dévoile donc une ambiance musicale nouvelle qui transmet visuellement les vibrations d’un son. Une communication qui s’ouvre et se déploit.

Pour faire vivre cette expérience, Myle se déplace dans les festivals de musique et y convie des sourds et malentendants afin qu’ils découvrent le concept. Pour lui, c’est un excellent moyen de sensibiliser les artistes à une nouvelle approche de cet art qui doit d’être accessible à tous, et où sourds et entendants se rencontrent.

« Pour moi, la plus belle récompense, c’est lorsque je vois une personne sourde et une personne entendante partager un moment de vie musical. Alors qu’auparavant ils n’auraient peut-être pas forcément tenté d’interagir, ils partagent désormais une expérience significative. Ils apprennent quelque chose l’un de l’autre. »