Perte d’audition : dépression, dépendance et démence

Perte d’audition : dépression, dépendance et démence

Perte d'audition : dépression, dépendance et démence

La baisse auditive non corrigée (sans appareil auditif) chez le senior accroît sensiblement le risque de dépression, de dépendance et de démence.

Une équipe française (université de Bordeaux) avait montré en 2015 que les seniors présentant une perte d’audition et non appareillés connaissaient un déclin cognitif (facultés mentales) accéléré par rapport aux personnes sans trouble auditif ou avec perte auditive mais appareillées. Les chercheurs ont réalisé une seconde étude, en s’intéressant cette fois à trois paramètres : la dépression, la démence et la dépendance. Que dit le résultat ?

  • Démence : sur-risque de 22% pour les seniors avec trouble auditif non corrigé (appareil) par rapport aux personnes sans problème d’audition.
  • Dépendance : sur-risque entre 17% et 33% (selon le type d’activité).
  • Dépression : sur-risque de 43% (surtout chez les hommes).

Aucun sur-risque significatif n’est mis en évidence chez les personnes avec trouble auditif mais portant un appareil. Le Quotidien du Médecin ajoute que des économistes de la santé ont calculé que le remboursement intégral des audioprothèses (dont le prix constitue un frein) coûterait moins cher à l’assurance maladie que la prise en charge des cas de démence, de dépendance et de dépression associés à la perte auditive. Ce calcul doit encore être affiné, mais en tout cas, les conséquences de la perte auditive, au-delà de la gêne dans la vie quotidienne, paraissent très claires.