Prévention

0 470
Une campagne pour l'ouïe des seniors

En Suisse, quelque 380’000 personnes de plus de 65 ans négligent leur problème d’audition.

Afin d’améliorer la qualité de vie des seniors, Pro Senectute lance une campagne de sensibilisation. « Entendez-vous la vie » encourage les plus de 65 ans à effectuer le plus tôt possible un test de l’ouïe.

Selon Pro Senectute, 46% des retraités n’entreprennent rien pour combattre une perte d’audition. Lorsque le problème devient aigu, il est souvent trop tard, relève l’organisation des aînés lundi dans un communiqué. Il est alors difficile d’adapter correctement les appareils auditifs, car le cerveau perd sa capacité à percevoir les signaux acoustiques.

0 927
Des mauvaises habitudes qui persistent

Un important chercheur canadien prévient les jeunes des dangers sur l’audition causés par le fait d’écouter de la musique à forte puissance à la suite de résultats d’une de ses études, qui montre les méfaits sur les adolescents de cette mauvaise habitude.

Larry Roberts, de l’université canadienne de McMaster, a travaillé conjointement avec des chercheurs de la São Paulo School of Medicine, au Brésil, sur les troubles précoces de l’audition de 170 jeunes âgés de 11 à 17 ans.

Après avoir réalisé des tests d’audition poussés et avoir interrogé les sujets, l’équipe est arrivée à la conclusion que presque tous les participants enregistraient des «habitudes d’écoute à risque» en écoutant de la musique trop forte au casque, en soirées ou en concert. Plus d’un quart des sujets (28 %) souffraient déjà d’acouphènes persistants, un bruit de bourdonnement ou de sifflement dans l’oreille qui se manifeste habituellement après 50 ans.

0 2111
Audition et travail : maîtriser l'exposition aux bruits

« L’employeur prend des mesures de prévention visant à supprimer ou à réduire au minimum les risques résultant de l’exposition au bruit, en tenant compte du progrès technique et de la disponibilité de mesures de maîtrise du risque à la source. » (Art. R 4432-1 Code du travail)

Le niveau d’un son se mesure selon sa fréquence (son grave, médium, aigu) et son intensité (en décibels ou dB). Pour les bruits continus (ex : rotatives), les résultats sont donnés en dB(A) ; pour les bruits pulsionnels ou de crête (ex : coup de marteau, soufflettes), les résultats sont donnés en dB(C). ATTENTION : un son qui augmente de 3 dB(A) est un son qui a doublé d’intensité et de puissance acoustique !

0 1932
Santé auditive, parent pauvre : s'en préoccuper dès 50 ans !

Au travail, mieux vaut bien s’entendre, au propre comme au figuré. Un collègue qui semble moins impliqué, prend des distances, fait plus d’erreurs… Ces changements de comportement ne seraient-ils pas la conséquence d’une perte d’audition ? Elle guette en effet un grand nombre de collaborateurs, et ce quel que soit l’âge, impactant l’ensemble de l’organisation.

Un levier de performance dans l’entreprise

Selon l’association JNA (Journée nationale de l’audition), « La santé auditive est un levier de performance dans l’entreprise ». Défi individuel tout d’abord car il s’agit d’assumer la perte de son audition pour rester performant et défi collectif car elle est insidieuse et, lorsqu’elle n’est pas assumée, génératrice de coûts. C’est pourquoi JNA intervient auprès des collaborateurs travaillant au sein des groupes français (elle a, par ailleurs, publié un guide « Bruit au travail, prévention, réglementation », en lien ci-dessous). Plus de 150 journées sont ainsi organisées chaque année. Elles s’adressent spécifiquement aux seniors à partir de 50 ans car, le plus souvent, c’est un trouble dont on ne commence à se préoccuper qu’à partir de 60 ans et à prendre au sérieux à partir de 70 ans, âge moyen du premier appareillage en France. Pour autant, il agit insidieusement bien avant.

Un bilan tous les 3 à 5 ans à partir de 50 ans

Le véritable indicateur de la perte de l’audition est souvent lié à la difficulté à percevoir les communications orales. Dès les pertes légères à moyennes, le collaborateur entend moins bien et comprend moins bien. Selon le pôle Surdité et souffrances psychiques de l’hôpital Sainte-Anne, 10% des seniors actifs au travail seraient en souffrance à cause de ce type de problème. Et de constater que, parmi eux, très peu ont réalisé un contrôle de leur audition au cours de leur vie, la santé auditive étant négligée lors des bilans de santé. Contrairement aux pays voisins, les médecins français ne pensent pas à adresser leurs patients à des ORL. Du côté du collaborateur, la crainte d’une dévalorisation professionnelle, d’un « aveu de faiblesse » le pousse à dissimuler sa gêne. C’est pourquoi, un bilan régulier des capacités auditives est préconisé tous les 3 à 5 ans à partir de 50 ans.

0 2206
Jeudi 12 mars 2015 : 18ème édition de la Journée Nationale de l'Audition

Mieux vaut prévenir que guérir, même en matière de santé auditive…

Nous connaissons tous ce vieil adage. Il est un domaine où il peut s’appliquer à la lettre : la santé auditive. Pour autant, par inconscience, insouciance, ignorance, les Français n’ont pas encore intégré la santé auditive comme facteur clé de santé. Vivant fréquemment dans le bruit sans en avoir conscience et écoutant régulièrement et sans discernement de la musique amplifiée au casque ou en discothèque, les jeunes sont aujourd’hui les plus exposés aux risques auditifs. 1 jeune sur 2 déclare souffrir d’acouphènes permanents ou passagers dans l’enquête réalisée à l’occasion de la dernière édition de la Journée Nationale de l’Audition en 2014.

Poser des constats est une première avancée, mais encore faut- il aller plus loin et agir. Aussi, dans le cadre de cette 18e édition du 12 mars prochain, en partenariat avec l’Institut IPSOS, l’association JNA a interrogé un panel de jeunes âgés de 13 à 25 ans et de parents, sur les solutions à mettre en place pour amorcer un début de changement de comportement. Il est en effet temps d’agir. Les jeunes sont des seniors en devenir. La plupart des troubles de l’audition sont irréversibles, ainsi, lors de cette nouvelle édition, l’association JNA interpelle également les parents, afin qu’ils incitent leurs enfants à faire contrôler leur audition régulièrement.

0 2257
Troubles de l'audition: quand le bruit rend malade

Il y a ceux que le tic-tac de l’horloge rend dingues, ceux qui s’exaspèrent lorsqu’ils entendent un avion voler, ceux qui se raidissent au son d’une craie qui crisse sur un tableau ou d’un couteau qui grince contre une assiette. Et puis il y a les autres: ceux que l’exposition au bruit rend malades.

Une sensibilité exacerbée au bruit

Parmi les troubles les plus graves, il y a l’hyperacousie, une sensibilité exacerbée à l’environnement sonore, à des bruits d’une intensité normalement supportable. « C’est différent de la mysophonie, où une personne ne supporte pas un bruit spécifique, le bruit des talons de sa voisine par exemple », distingue le Dr Martine Ohresser, ORL spécialiste des acouphènes et de l’hyperacousie.

0 2095
Les troubles auditifs, une réalité pour une majorité de jeunes

Les troubles auditifs ne sont pas réservés aux personnes âgées. Les 15-30 ans aiment écouter fort la musique, de préférence au casque, et connaissent les risques de dommages de l’appareil auditif, mais ils ne changent pas pour autant leurs comportements, révèle une étude Ipsos.

Plus des trois quarts des jeunes interrogés ont déjà ressenti des acouphènes (bourdonnements ou sifflements dans les oreilles) ou une perte d’audition à la suite d’une forte exposition sonore.

0 1235
Semaine du son. Jeunes et musique :

Ils aiment écouter fort la musique, sont conscients des risques, mais continuent. Une étude sur les jeunes et le son révèle que les troubles auditifs ne sont pas réservés aux plus âgés.

Plus des trois quarts des 15-30 ans ont déjà ressenti des troubles auditifs comme des acouphènes (bourdonnements ou sifflements dans les oreilles) ou une perte d’audition à la suite d’une forte exposition sonore, indique une étude Ipsos réalisée à l’occasion de la 12e édition de la Semaine du son, qui se déroulera du 19 au 25 janvier à Paris et jusqu’au 8 février partout en France.

0 1430
Pourquoi il faut arrêter de se nettoyer les oreilles

La plupart des gens nettoient régulièrement leurs oreilles avec l’intention de les garder propres et en bonne santé. Cependant, les oreilles ne sont pas conçues pour être nettoyées. Elles ont en fait leur propre système de nettoyage, et en introduisant des corps étrangers dans l’oreille, vous risquez de perturber ce processus naturel, ou pire de vous blesser.

L’Académie américaine d’otolaryngologie prévient contre l’utilisation des cotons-tiges. Sur leur site officiel, elle relie le nettoyage forcé des oreilles au risque de perte auditive.

La cire de l’oreille, connue sous l’appellation de cérumen, agit comme un agent d’auto-nettoyage pour vos oreilles. Elle offre protection, lubrification et les propriétés antibactériennes nécessaires pour protéger l’oreille. Elle sort du tympan, nettoie le canal de l’oreille, sèche, puis tombe. C’est un processus d’auto-régulation et dans des circonstances normales, il n’est pas nécessaire d’intervenir. Si la cire est absente de l’oreille, cette dernière risque de s’assécher et de vous démanger.

0 1031
Un Européen sur 4 souffre du bruit du trafic routier

La pollution sonore créée par le trafic routier est impliquée dans 43 000 hospitalisations chaque année, révèle l’Agence européenne de l’environnement.

Plus de 125 millions d’Européens, soit un sur quatre, subiraient quotidiennement des nuisances dues aux bruits de trafic routier dépassant le seuil légal fixé par l’UE (65 décibels) révèle une étude de l’Agence européenne de l’environnement (EEA) publiée vendredi, rappelant que cette surexposition représente un risque pour la santé publique.

Sur les réseaux sociaux