| Espace Grand Public | Forum | Forum étudiants

Nos oreilles à travers le temps

Les peuples anciens, à défaut de connaissances précises accordaient aux oreilles une valeur symbolique. Au fil des époques et des découvertes, on pourra constater que c'est la combinaison des travaux de chacun qui permet aujourd'hui de pouvoir "réparer" notre audition.

EPOQUE OÙ ? QUI ? DECOUVERTE
Antiquité Egypte Un disciple d'Imouthès Il a pu établir une corrélation entre la fracture du rocher et la surdité.
Antiquité Grèce Empédocle Il est supposé avoir découvert le limaçon.
    Hippocrate Il est le premier à décrire le tympan et les cavités osseuses.
Antiquité Rome Galien Il découvrit que le pavillon servait à la captation des sons, et que la fonction du nerf auditif était de conduire au cerveau les impulsions sonores.
Moyen Age Salerne Saliceto Il réalise l'extraction de polypes de l'oreille.
Moyen Age Montpellier Lanfranchi Il incise des abcès mastoïdiens.
La Renaissance   Berengario da Capri Il décrit en 1521 le marteau et l'enclume.
    Vesale Il découvre les fenêtres labyrinthiques. Il donna les nom de « marteau » et d'enclume », bien qu'il ne les ai pas découvert.
    Ingrassia Il mettra en évidence le 3ème osselet : l'étrier.
    Fallope Il étudie l'oreille moyenne, ses osselets, ainsi que le canal facial qui porte son nom.
    Eustache Il découvre le muscle du marteau, de l'étrier et la trompe qui porte son nom.
    Zirolamo
Cardano
Il subodore en 1550, l'existence de la conduction osseuse.
    Hicronymus
Capavacci
En 1589, il met au point l'application clinique de cette notion de conduction osseuse au diagnostic des surdités
L'ère classique   Jean Riolan Il propose la paracentèse pour améliorer l'audition, et la trépanation mastoïdienne pour traiter les acouphènes.
    Valsalva Il est à l'origine de la division de l'oreille en trois parties, démontre que le tympan et les osselets ne sont pas indispensable à l'audition, et décrit le fonctionnement de la trompe d'Eustache.
XIXe siècle   Le marquis de Corti 1851 : Il décrit de façon détaillée le limaçon membraneux et l'organe qui porte son nom
    Schrapnell Il individualise les 2 pars : tensa et flaccida
    Toynbee Il fait progresser l'anatomopathologie de l'oreille, grâce à ses 2000 travaux nécropsiques
    Fourier Il fait faire un grand pas à la physiologie de l'oreille, grâce à ses travaux sur les mouvements périodiques.
    Weber Il introduit le diapason pour le diagnostique des surdités.
    Hoffman Il introduit le miroir concave percé en son centre.
    Menière Il identifie les bases des surdités de perception et le fonctionnement du labyrinthe membraneux.
    Politzer Il pratique des ventilations des trompes auditives, en insufflant de l'air dans les fosses nasales lors de la déglutition. D'autre part, il quantifie la part transmissionnelle d'une surdité grâce à son otoscope à 3 branches.
    Kessel Il ouvre, en 1875, l'ère de la chirurgie de la surdité, et réalise l'ablation du tympan et de la chaîne ossiculaire.
XXe siècle   Maurice Sourdille Il réalise sa première fenestration en 1929 et présente ses résultats d'une série de 109 cas et ses conclusions au congrès français d'ORL en 1935
    Rosen En 1952, au cours d'une intervention, il réalise involontairement une mobilisation stapédienne rendant ainsi une audition normale à son patient
      1953 : bouleversement de l'otologie chirurgicale, grâce à l'avènement du microscope opératoire.
      1957 : Les autogreffes d'osselets sont utilisées
    Aubry
Aboulker
Bouche
1959 : Ils rapportent, dans un ouvrage sur la surdité, les 5 shémas de Wüllstein pour la reconstruction d'une oreille moyenne.


Due à un risque de transmission de pathologie tels que le VIH ou le Kreutzfeld-jacob, Vaneecloo arrête l'utilisation d'allogreffes dès 1986.

De nombreux matériaux se développent rapidement, et l'on voit ainsi apparaître le Plastipore, le Polycel, le Proplast, les céramiques, les prothèses en titane ainsi que des alliages de métaux dits à mémoire de forme.