| Espace Grand Public | Forum | Forum étudiants

Siemens cède son matériel auditif au suédois EQT après avoir rempli ses objectifs en 2013/2014

Le conglomérat industriel allemand Siemens va céder sa division de matériel auditif à un couple d'investisseurs, composé du fonds d'investissement suédois EQT et de la famille allemande Strüngmann, après avoir rempli ses objectifs en 2013/2014, a-t-il annoncé jeudi.

Le groupe va récolter plus de 2,15 milliards d'euros pour la cession de l'activité de prothèses auditives. Celle-ci échappe finalement à une entrée en Bourse, alors que les conditions de marché se sont nettement détériorées au deuxième semestre.

En raison de l'offre très attractive faite par les deux investisseurs, Siemens a décidé de renoncer aux préparatifs d'introduction en Bourse qu'il avait annoncée en mai pour cette division, a expliqué le groupe dans un communiqué jeudi.

En supplément du prix fixe de 2,15 milliards d'euros, Siemens a prévu dans son accord une clause spéciale qui lui permet d'indexer une partie du prix de la transaction sur les résultats futurs de sa division de matériel auditif, une fois qu'elle aura été vendue.

Cette décision consacre la stratégie du groupe mise en oeuvre depuis l'arrivée l'an dernier du nouveau patron Joe Kaeser aux manettes. Le dirigeant a promis un Siemens resséré, plus petit et plus efficace. Il veut réhausser la rentabilité du conglomérat. 

Ce recentrage s'opère notamment par des cessions à tour de bras et un renforcement dans le domaine de l'électrique en général. Cela inclut les activités dans l'énergie - éoliennes, turbines à gaz -, les transports - Siemens est le fabricant du train à grande vitesse allemand ICE. Le groupe a échoué il y a quelques mois à racheter le pôle énergie du français Alstom, passé à General Electric. 

La cession du matériel auditif amène certains analystes à spéculer sur un possible retrait général de Siemens du domaine de la santé. Cet été, le conglomérat a déjà vendu à des américains sa division spécialisée dans l'informatique de gestion en milieu hospitalier et son activité de microbiologie. 

Sa restructuration permet à Siemens de remplir ses objectifs. Il a enregistré une hausse de 25% de son bénéfice net en 2013/2014, à 5,5 milliards euros. Le chiffre d'affaires a glissé de 2% à 71,9 milliards d'euros. 

Nous avons livré les résultats initialement promis pour l'exercice fiscal 2014, a déclaré le patron du groupe, Joe Kaeser, cité dans un communiqué.

Le groupe récompense d'ailleurs ses actionnaires avec un dividende en hausse de 10%, à 3,3 euros par titre.

Pour l'exercice 2014/2015, Siemens table sur un bénéfice par action en hausse d'au moins 15%, gonflé par des gains de cession. Il s'attend aussi à un chiffre d'affaires stable, hors acquisitions et cessions, et à une progression de sa marge d'exploitation de 10 à 11%.

Sur le seul quatrième trimestre, le groupe déçoit toutefois légèrement les attentes. Son bénéfice net augmente de 40% à 1,5 milliard, là où les analystes interrogés par Dow Jones Newswires attendaient une hausse de 48%. Le chiffre d'affaires s'affiche stable à 20,6 milliards, contre une baisse de 0,8% attendue.

Source : romandie.com