Actualités
Actualité de l'Audition.

La Fondation Pour l'Audition

La Fondation Pour l’Audition, reconnue d’utilité publique depuis octobre 2016, se tourne vers vous concernant son programme de parentalité et communication avec son enfant sourd ou malentendant.

En effet, en collaboration avec L’Ecole des Parents et des Éducateurs d’Ile de France, ainsi qu’avec les associations de parents, la Fondation Pour l’Audition met en place en Septembre 2018 des ateliers de conseil en parentalité spécifiques aux familles d’enfants sourds ou malentendants.

Les associations de parents témoignent de la nécessité d’un complément d’information et d’une prise en charge non médicale, notamment au sujet de la langue et de la communication à adopter avec et par l’enfant. Suite à la naissance d’un enfant sourd ou malentendant, les parents reçoivent nombres d’informations mais ne bénéficient pas d’un réel accompagnement. Ce projet répond à un véritable besoin et fédère une communauté.

Afin de mener à bien ce projet, nous cherchons des moyens de rentrer en contact avec les familles d’enfants sourds et malentendants, de façon à ce qu’elles soient informées de l’existence de notre structure de conseil, et qu’elles puissent s’appuyer dessus.

Pour visiter le site officiel de la fondation : http://www.fondationpourlaudition.org

Vous pouvez contacter la fondation directement à cette adresse : ecoledesparents@pourlaudition.org

Chaine YouTube : https://www.youtube.com/user/agirpourlaudition

Perte d'audition : dépression, dépendance et démence

La baisse auditive non corrigée (sans appareil auditif) chez le senior accroît sensiblement le risque de dépression, de dépendance et de démence.

Une équipe française (université de Bordeaux) avait montré en 2015 que les seniors présentant une perte d’audition et non appareillés connaissaient un déclin cognitif (facultés mentales) accéléré par rapport aux personnes sans trouble auditif ou avec perte auditive mais appareillées. Les chercheurs ont réalisé une seconde étude, en s’intéressant cette fois à trois paramètres : la dépression, la démence et la dépendance. Que dit le résultat ?

  • Démence : sur-risque de 22% pour les seniors avec trouble auditif non corrigé (appareil) par rapport aux personnes sans problème d’audition.
  • Dépendance : sur-risque entre 17% et 33% (selon le type d’activité).
  • Dépression : sur-risque de 43% (surtout chez les hommes).

Aucun sur-risque significatif n’est mis en évidence chez les personnes avec trouble auditif mais portant un appareil. Le Quotidien du Médecin ajoute que des économistes de la santé ont calculé que le remboursement intégral des audioprothèses (dont le prix constitue un frein) coûterait moins cher à l’assurance maladie que la prise en charge des cas de démence, de dépendance et de dépression associés à la perte auditive. Ce calcul doit encore être affiné, mais en tout cas, les conséquences de la perte auditive, au-delà de la gêne dans la vie quotidienne, paraissent très claires.

0 667
Perte d'audition : un handicap associé à un risque de démence

Le Syndicat national des audioprothésistes (UNSAF) a organisé une conférence de presse : les personnes atteintes de troubles de l’audition auraient plus de risques de souffrir de démence. Il demande une réforme de la prise en charge des prothèses auditives, justifiant que cette dépense « sera moins coûteuse que celle allouée aux personnes atteintes de démence ». Mais les troubles auditifs ne sont pas un facteur causal de la démence, seulement un éventuel facteur aggravant.

En France, 6 millions de personnes sont malentendantes, dont deux tiers des plus de 65 ans. Plusieurs études menées sur le sujet dressent le même constat : contrairement aux personnes dites « normo-entendantes », celles atteintes de surdité légère, modérée ou sévère sont plus susceptibles de souffrir de démence passé 65 ans. Non pas que la perte auditive soit une cause en elle-même, mais probablement un facteur aggravant.

Une nouvelle étude épidémiologique menée à partir des données de la cohorte Paquid par un laboratoire de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) à Bordeaux et publiée dans la revue américaine Journals of Gerontology, mesure l’association entre la perte d’audition et la dépression, la démence, la dépendance et la mortalité chez les personnes âgées. Les résultats attestent d’un risque accrut de démence (+22%) chez les personnes présentant des troubles de l’audition et non appareillées, ainsi que de dépendance (+33%) et de dépression, notamment chez les hommes (+43%). Aucun lien n’a cependant été établi entre les troubles de l’audition et la mortalité.

Lire l’article complet d’Anaïs Col sur le site officiel PourquoiDocteur.fr

Ils se prononcent pour un reste à charge « maîtrisé » plutôt que zéro. Et refusent que l’appareil et la prestation de service soient dissociés.

En matière de frais de santé, s’il est un domaine où le reste à charge zéro changerait tout pour les patients, c’est bien l’audioprothèse. Equiper une oreille coûte en moyenne 1.525 euros, dont… 164 euros payés par la Sécurité sociale et 350 euros par la mutuelle. Les patients doivent donc encore trouver plus de 2.000 euros pour appareiller leurs deux oreilles.

La startup Novitact s’était déjà illustrée en 2013 avec sa technologie brevetée et son 1er produit : Feeltact : une solution de communication silencieuse par des vibrations grâce à un bracelet connecté, à destination d’un public de professionnels.

3 ans plus tard et suite à la sollicitation de sourds qui rejoignent alors l’aventure, Novitact lance Unitact, un bracelet connecté à destination des sourds et révèle ainsi un de leurs atouts cachés : le sens du toucher, grâce à une communication par vibrations.

0 1564

Le cérumen qui s’évacue naturellement de nos oreilles n’est pas un signe de mauvaise santé. Pour éviter d’irriter cette zone sensible, la meilleure technique consiste à ne pas y toucher.

Nous expliquons à nos enfants qu’ils ne doivent rien enfoncer dans leurs oreilles, mais est-ce que nous respectons nous-mêmes cette consigne ? Ne pas utiliser un coton-tige correctement peut provoquer des infections ou une surproduction de cérumen. C’est pourquoi l’académie américaine d’oto-rhino-laryngologie a publié une mise à jour de ses recommandations des soins aux oreilles, relayée par le site Real Simple.

Cette liste de gestes à adopter et à éviter a pour objectif de faire comprendre aux patients que le cérumen n’est pas un signe de mauvaise santé. Au contraire, c’est tout à fait normal que nos oreilles évacuent les impuretés pour éviter qu’elles ne descendent dans le canal auditif. Quand notre organisme fonctionne correctement, le vieux cérumen se déplace vers l’extérieur et se désagrège avant d’être lavé pendant le bain ou la douche.

Ne pas abuser du coton-tige

Il arrive cependant que le mécanisme de nettoyage automatique de nos oreilles tombe en panne et que le cérumen fabrique un bouchon gênant, voire douloureux. Dans les nouvelles recommandations, les experts américains expliquent l’importance de ne pas trop nettoyer les oreilles pour éviter d’irriter le conduit et de provoquer un infection ou une surproduction de cérumen. Le coton-tige est souvent enfoncé trop loin dans l’oreille, alors qu’un nettoyage avec une serviette ou un mouchoir en sortant de la douche est suffisant. Ils déconseillent également l’utilisation de bougies d’oreille, dont les bénéfices n’ont pas été prouvés et qui peuvent sérieusement abîmer les oreilles.

En cas de symptômes comme une perte auditive, des douleurs, des écoulements anormaux ou des pertes de sang, consultez un médecin et n’essayez pas de vous nettoyer les oreilles sans l’aide d’un professionnel. Le docteur peut s’occuper du drainage en veillant à ne pas irriter cette zone sensible et pourra vous conseiller des produits et des techniques pour prendre soin de vos oreilles en douceur. Mais si vous ne souffrez d’aucun symptôme, essayez simplement de les laisser tranquilles !

0 1697
Le cérumen dans les oreilles est utile

Quoi qu’on puisse en penser, il n’est pas nécessaire de se nettoyer les oreilles tous les jours !

Le cérumen, appelé aussi cire d’oreille, est cette substance jaunâtre, un peu cireuse qui est sécrétée dans l’oreille externe. Il est utile parce qu’il protège le tympan, le lubrifie et assure une protection contre certains agresseurs tels les insectes, la poussière, les bactéries et les virus.

Venez découvrir le MUba Eugène Leroy (Musée des beaux-arts de Tourcoing) grâce à une visite guidée en Langue des Signes Française.

Le MUba Eugène Leroy se veut accessible à tous, c’est pourquoi Stéphane Delame, médiateur en langue des signes Française, vous fera découvrir les collections permanente et provisoire.

Lien vers la vidéo sur YouTube: https://youtu.be/IiB8zi-p58s

Le 23/04 de 15:00 à 16:30

Acouphènes : enfin des solutions

Voilà un ouvrage utile que l’on attendait désespérément, alors que 12 millions de français (20%) sont atteints plus ou moins gravement par cette sorte de « Larsen auditif » que sont les acouphènes, souvent insupportables, parfois invivables.

Ce bruit de fond continu nuisant au décryptage des conversations, en direct et surtout en écoute audio- visuelle, gâche la musique et prive des petits bruits sympathiques de la nature qui détendent, et de plus, rend l’endormissement difficile voire impossible, obligeant à la prise fréquente de somnifères et d’anxiolytiques. La médecine n’a aucune réponse à cette torture larvaire qui mine le caractère et peut mener jusqu’au suicide.
Ceci n’étant pas considéré comme une vraie maladie, les victimes de cette infirmité ne reçoivent généralement que peu de compassion de la part de l’entourage mais aussi d’une partie du corps médical. Un lecteur sur cinq devrait se reconnaître dans ces lignes…Notez que les jeunes qui se shootent aux décibels sont pour beaucoup des futurs abonnés au club !

Sur les réseaux sociaux